Ernest Pignon-Ernest ancre des lieux aux moyens d’images saisissantes. Voici une rétrospective sur son travail à occasion de l’ exposition « Ecce Homo ». Disponible jusqu’au 29 Février 2020 au Palais des Papes, à Avignon.

Réactiver la mémoire des lieux

Depuis les années 1960, Ernest a mené une aventure sans autre exemple. Son parcours est une expression artistique déterminée et novatrice. Au point, que certaines images, les fusillés de la Commune ou Rimbaud notamment, sont devenus des icônes des temps modernes.

Le dessin de Ernest, aussi beau soit-il, n’est pas un but en soi. il est le médium, le moyen de créer des images, de stigmatiser les lieux pour lesquels ces dessins sont conçus.

Mes œuvres, ce ne sont pas mes dessins, c’est ce que provoquent mes dessins dans les lieux dans lesquels je travaille. Et dans cette réalité là, je viens glisser un élément de fiction. Cet élément de fiction, c’est mon dessin ».

Enerst Pignon-Ernest

Ce qui est ainsi proposé, c’est une intrusion plastique dans des lieux quotidiens, par l’affichage d’une image pour révéler la charge politique, sociale, culturelle, humaine, de ce lieu. Depuis sa première action en 1966, contre l’installation d’une base nucléaire au plateau d’Albion, il enchaîne les actions percutantes :

L’éthique du corps

Corps extasiés, corps mortifiés, ce sont toujours des corps que l’artiste dessine. Des corps à échelle réelle qui ravivent la mémoire historique et symbolique du lieu. il travaillent ses dessins sur des modèles vivants de danseurs et danseuses, où il cherche l’attitude la plus juste par rapport au message à transmettre. Il lui faut des corps et des postures porteurs de réalité, capables d’imposer une présence . Ce qui susciter une vraie rencontre avec le spectateur. Ernest Pignon-Ernest créée une tension entre fiction et réalité. Notamment grâce au recours au noir et blanc, au rectangle collé sur le mur. A la façon d’une empreinte, le dessin représente à la fois l’absence et la présence.

Ecce homo » : À travers des poètes, des révoltés, des anonymes, Ernest Pignon Ernest n’a cessé de représenter l’homme, dans sa beauté et sa souffrance. 

« Je travaille sur ce que l’on inflige aux hommes et sur ce qui chez les hommes ne se voit pas« .

Ernest Pignon-Ernest
Partager sur vos réseaux sociaux :

Comments are closed.