HeRsK

Biographie de l’artiste

A 10 ans Hersk découvre le graffiti à Paris. Fasciné par cette forme d’expression, il emprunte ses premières bombes à son père, des bombes de carrosserie. Depuis, l’envie de dessiner, signer, graffer ne le quitte plus.

Pendant longtemps son garage fait office de lieu d’expression, de création et d’expérimentation.

Il donne aussi des stages de graph pour les jeunes. Depuis quelques mois, avec le soutien d’un laboratoire pharmaceutique, il travaille aussi le graff avec des patients atteints d’hémophilie, à Montpellier, Paris et Marseille.

Les techniques utilisées

Vivant à Montpellier depuis 1999, il découvre et admire les street artistes locaux tels que Mist, Zest, ou Smash 137, bien qu’il développe un style propre fait de formes rondes et entrelacées.

L’esquimau, la glace mythique de notre enfance, devient sa signature pour ses sculptures, croquée, fondue ou fondante, et HeRsk la nomme « Something to suck  ». L’artiste fabrique lui-même ses structures en bois et les décline ensuite pour tous les goûts et couleurs.

Les supports utilisés

Hersk expérimente son graffiti sur différents supports : bois, métal, toile, papier, murs, sac à dos, skate-board, snow-boards.

En 2007 il rencontre Giovanni Ingrato qui le fera passer de la feuille à la toile. De cette rencontre naîtra une belle amitié, humaine et artistique, qui le conduira, à participer à de nombreux salons d’art contemporain.

3 oeuvres

fr_FRFR
en_GBEN fr_FRFR